L’ouverture à la concurrence en ligne de mire du rail espagnol

05 Mai 2019
admin_corpo

renfe-ave_mosaic

Suivant les directives de l’Union Européenne sur la libéralisation des services ferroviaires, le gouvernement espagnol vient d’annoncer qu’il allait autoriser des opérateurs privés sur les lignes AVE, le TGV espagnol. Encore un peu plus d’un an et les voyageurs d’affaires auront enfin le choix de leur opérateur ferroviaire en Espagne.

Trois axes principaux de l’AVE seront ouverts aux opérateurs privés à partir du 31 décembre 2020 : un premier axe reliant Madrid à Barcelone et la France avec prolongation de la ligne entre Barcelone et Valencia. Un second axe concerne l’AVE de Madrid vers Murcia, Valencia et Alicante ; enfin, le troisième axe est la ligne AVE qui relie Madrid à Tolède, Séville et Malaga.

Trois entreprises privées devraient former cette nouvelle concurrence ferroviaire sur le rail espagnol. La SNCF a déjà manifesté son intérêt. Elle s’associerait éventuellement à une autre entreprise privée espagnole, Acciona, pour mieux contrer la RENFE. Parmi les autres entreprises attendues en Espagne figurent les Autocars Alsa ainsi qu’Arriva-Deutsche Bahn.

La RENFE de son côté se prépare déjà à affronter cette concurrence. L’entreprise ferroviaire nationale espagnole se porte en fait très bien. En 2018, elle a réalisé un bénéfice de 111,4 millions d’euros, en hausse de 59% sur 2017 alors que son chiffre d’affaires a atteint 3,979 millions d’euros, en hausse de 11,2%.

En 2018, 38,5 millions de voyageurs ont empreinte des lignes à grande vitesse. Ce chiffre se répartit entre les lignes grande vitesse AVE (21,33 millions de voyages) et les lignes des trains AVANT – trains circulant à grande vitesse sur des moyennes distances (8,68 millions de voyages), soit une croissance respective de 3,7% et 6%.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *